skip to Main Content
Gestion Du Changement, Transformation Digitale : Pourquoi Les PME Trainent Des Pieds ?

Gestion du changement, transformation digitale : Pourquoi les PME trainent des pieds ?

Elles emploient la moitié des salariés mais ne sont pourtant moins de 200 000 en France. Petites, moyennes ou intermédiaires, les PME/ETI constituent l’un des piliers de l’économie française. Dommage que ces dernières soient encore très en retard dans le domaine de la transformation numérique. En effet, faute d’une réelle gestion du changement et d’une culture d’entreprise plus souple, beaucoup de PME baissent les bras face à l’ampleur de la tâche quitte à mettre en péril leurs activités. Quels objectifs stratégiques ? Quels besoins en compétences ? Quel management du changement ? Autant de questions auxquelles doivent faire face les PME pour amorcer une transition numérique toujours plus incontournable. Voici quelques éléments d’explication pour comprendre le retard des PME sur le digital.

PME, ETI, quelles différences ?

Les petites et moyennes entreprises (PME) sont environ 140 000 en France selon l’Insee. Elles possèdent deux caractéristiques principales :

  • Le nombre des salariés doit être inférieur à 249.
  • Le chiffre d’affaire annuel doit être inférieur à 50 millions d’euros ou le bilan global ne doit pas excéder les 43 millions d’euros.

Dans le cas où l’entreprise ne remplirait pas l’une de ces deux conditions, elle est qualifiée d’ETI, entreprise de taille intermédiaire, classification apparue en 2008 suite à la loi de modernisation de l’économie. L’effectif d’une ETI peut aller de 250 à 4 999 salariés et dont le chiffre d’affaire global peut aller jusqu’à 1,5 milliards d’euros.  

Les PME et l’enjeu du numérique

Si les PME et ETI sont fortement génératrices d’emplois, côtétransformation digitale, elles se distinguent toujours de leurs voisins européens par un retard important. En 2016, selon une étude Deloitte, 2 entreprises françaises sur 3 possédaient un site internet contre 3 entreprises sur 4 dans l’Union Européenne. Les avancées en matière de projet de transformation peuvent être très disparates selon la région, le secteur d’activité ou encore la taille de l’entreprise. Les plus touchées restent les plus petites qui peuvent moins investir dans l’accompagnement au changement. Les PME ne profitent donc pas encore totalement du véritable engouement des français pour le numérique. Un paradoxe français que les pouvoirs publics tentent depuis de nombreuses années de résorber grâce à des programmes et des aides à la formation et au développement des compétences liées au numérique.

Aide à la transition numérique, outils adaptés à toutes les tailles d’organisation, accompagnement des pouvoirs publics, tout semble aujourd’hui être aligné pour que les PME puissent enfin rattraper leur retard. Qu’en est-il vraiment sur le terrain ? Quels sont les points de blocage qui peuvent empêcher le changement organisationnel ?

Une recherche de visibilité et de contact accrue

Des entreprises qui restent ouvertes aux possibilités du numérique : De manière générale, les PME françaises ont bien compris l’opportunité offerte par le web en matière de visibilité et de contact client. Une grande majorité possède d’ailleurs son propre nom de domaine et s’est pleinement lancée dans la gestion des compétences dans le domaine du numérique.

Une prise de conscience progressive: Même s’il peut encore y avoir des résistances, la très grande majorité des dirigeants de PME ont bien intégré l’idée que le numérique allait révolutionner leur activité et la manière de travailler, particulièrement sur la question du système d’information, hautement stratégique. Depuis quelques années, de nombreuses PME sont celles à faire appel à des consultants pour définir des objectifs stratégiques clairs et mettre en place un réel management du changement.

Une culture d’entreprise qui freine encore le changement organisationnel

Une priorité très relative : Dans une enquête de Bpifrance, « 87% des dirigeants déclaraient que la transformation digitale n’était pas une priorité stratégique pour leur entreprise ». Le paradoxe : les consommateurs français sont très nombreux à acheter en ligne (37,5 millions de français en 2017). Le e-commerce génère un chiffre d’affaires toujours plus important d’années en années avec 81,7 milliards d’euros en 2017. Et les PME dans tout ça ? Seulement 1 PME sur 8 réalise des ventes en ligne. En termes d’e-commerce, seulement 16% possèdent une boutique en ligne. A savoir tout de même que nombreuses sont les TPE/PME à passer par les Marketplace pour vendre leurs produits et service afin de limiter l’investissement de départ.

Une absence ou un manque de stratégie digitale : Toujours selon l’étude Bpifrance, parmi les PME qui considérait la transformation digitale comme une priorité stratégique, « 63 % n’avaient pas établi de feuille de route claire pour passer à l’action ». On note en effet que, soit par manque de temps, soit par manque de compétences, une bonne part des PME utilisent les outils numériques selon leurs besoins et les ressources à leurs dispositions sans forcément mettre en place une réflexion globale au niveau de leur organisation. Sans réels objectifs stratégiques, il est alors plus difficile de savoir quels outils utiliser et comment être efficace.

Une nécessaire évolution des mentalités

« La transition numérique nécessite un changement d’état d’esprit. Vous devez considérer la data comme la nouvelle richesse à exploiter, c’est le pétrole du XXIème siècle »
Michael Aïm
responsable de la transformation digitale des entreprises à CCI France

Une gestion des données encore artisanale : La collecte et la gestion des données ou data est un axe central de la transformation numérique d’une entreprise. Pourtant, de nombreuses organisations n’y consacre que peu de temps et d’investissement. Un tort puisqu’une maîtrise des données (collecte, gestion, analyse) permet d’augmenter considérablement la compétitivité d’une entreprise. Mais bien souvent, les dirigeants de PME considèrent que le volume de données n’est pas suffisant pour mettre en place une stratégie Big Data. A contrario, les start-up ont complètement intégré cette problématique. Donc peu importe le volume. L’exploitation des datas permet aux entreprises d’affiner leur stratégie et d’analyser au plus près leur marché et les demandes des clients.

Une utilisation encore faible des outils informatiques : 11% des PME françaises utilisent des outils digitaux pour leur activité. CRM, ERP, logiciel métier, cloud… en pleine expansion, ces outils rentrent encore doucement dans les entreprises de taille moyenne. En Finlande, pays leader de l’UE sur la question, ce sont 51% des entreprises qui utilisent des outils digitaux dit d’efficacité. L’étude Deloitte constate également que plus les entreprises sont petites, plus elles peinent à se digitaliser.

Les opportunités de la transformation numérique des PME

Revoir l’organisation de l’entreprise : La transformation numérique passe par une écoute attentive des besoins et des attentes des clients. Et c’est tant mieux ! Elle permet aussi de revoir l’organisation et la culture de l’entreprise, une demande forte des salariés qui plébiscitent de nouveaux modes d’organisation du travail tels que le télétravail, le management participatif, etc.

Un environnement favorable : depuis quelques années déjà, les pouvoirs publics, autant au niveau européen, national ou régional ont mis en place des dispositifs d’aides à la transformation numérique à destination des PME. Tout est fait pour les accompagner et les aider à rattraper leur retard en matière d’outils numériques.

Exemple : la loi PACTE mais également des initiatives telles que France Num, un portail ouvert aux entreprises pour les aider dans leur transformation numérique ou CCI store, un service qui aide à y voir plus clair sur les outils numériques.

De nombreuses PME se font aujourd’hui accompagner et mettent en place des plans de formation pour conduire le changement au sein de leur organisation. La remise en cause de la culture d’entreprise et de certains réflexes organisationnels peuvent être des freins considérables dans un projet de transformation. Démunis face aux nouvelles problématiques imposées par la révolution numérique, de nombreux dirigeants se tournent vers une aide extérieure, consultants, formateur, manager du changement… Une stratégie qui peut s’avérer gagnante sur le long terme et permettre à la PME de s’adapter et se transformer plus sereinement.

Nos autres articles sur le sujet

Back To Top